Menu Fermer

Comment désamianter une maison efficacement ?

désamiantage

L’amiante est une substance fibreuse résistante au feu et fabriquée à partir du silicate de calcium et magnésium. C’est un matériau destiné au flocage et au calorifugeage. On le rencontre dans les revêtements de faux plafonds, au niveau des joints d’étanchéité et dans les tuyaux de ventilation amiante-ciment. À partir de 1996, la législation française avait décidé de mettre fin à l’usage de ce produit du seul fait qu’il soit toxique à l’homme. Par conséquent, tout immeuble construit avant cette date doit subir un désamiantage annuel. Voici quelques astuces autour de cet instrument de préconisation.

  1. Le désamiantage, c’est quoi ?

Le désamiantage est l’ensemble des méthodes utilisées pour se débarrasser effectivement des fragments d’amiante qui envahissent la maison. Il comprend : le diagnostic, la surveillance et le désamiantage à proprement parler. Désormais, il relève de l’obligation légale (prévue par la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 avec son décret d’application n° 2002-839 du 3 mai 2002.) de l’occupant de lancer une demande d’intervention de professionnels certifiés ISO NF 17024 par un organisme certificateurs (à l’instar du Comité Français d’Accréditation ou COFRAC.).

  1. Quand est-ce qu’il sera nécessaire ?

Tout dépend des rapports du diagnostic effectué par les professionnels. Ces derniers établissent un Document Technique Amiante (DTA) qui énumère le taux et la quantité d’amiante présente dans l’immeuble. Deux cas peuvent se produire. Si cette quantité d’amiante est assez élevée (plus de 5 fibres par litre d’air), il est obligatoire de passer au désamiantage. Par contre, si cette quantité est suffisamment faible, le désamiantage sera inutile, mais une surveillance continue de l’évolution de la dégradation des particules nocives demeure nécessaire.

  1. Les procédures de désamiantage

Le désamiantage est une opération soumise à des règles particulières. C’est un procédé qui fait appel à la fois à une certaine précaution et technicité. Pour ce faire, vous allez méticuleusement franchir les étapes suivantes :

  • Le dépoussiérage

Avant de dépoussiérer les surfaces à traiter, veuillez d’abord déplacer votre mobilier dans un autre endroit bien sécurisé. Assurez qu’aucun élément ne puisse devenir un facteur de transmission des particules d’amiante dans les zones non contaminées. Une fois le vidage de la pièce terminé, passez ensuite au nettoyage.

  • Le confinement avec test au fumigène

Ce procédé permet de confirmer le confinement dynamique et le bilan aéraulique thermique de la zone d’intervention. En effet, il consiste, d’abord, à vérifier l’étanchéité de la pièce. Il suffit juste d’observer s’il y a eu une possibilité de fuite de fumée vers l’extérieur. L’objet étant d’optimiser la garantie de l’inexistence de tout risque de prolifération des substances fibreuses vers l’extérieur. Il consiste également à déterminer l’effectivité de la repurification de l’air par rapport au temps mis par la fumée à s’évacuer totalement. Enfin, cette technique permet d’étudier la similarité de la repurification de l’air dans n’importe quel coin de la pièce.

  • Le désamiantage proprement dit

Il s’agit de l’étape la plus importante, puisque vous allez maintenant détacher l’amiante de son contenant. Elle comprend trois types d’opérations :

  • Le retrait

Tous les objets qui contiennent de l’amiante ou présumés être amiantés doivent être retirés en toute sécurité. Toutefois, il est à noter que ce travail requiert l’usage de moyens techniques spécifiques et doit être prévu dans un plan de retrait établi par le professionnel du désamiantage.

  • L’encapsulage :

  • L’encapsulage des matières friables : cette activité comprend : la fixation par revêtement (application d’un enduit étanche), l’encoffrement (installation d’un support, puis recouvrement d’un enduit épais.) et l’imprégnation (application d’une résine, d’un liant ou d’un enduit pour favoriser la cohésion de la matière amiantée).

  • L’encapsulage des matières non-friables : les matières non-friables émettent moins de fibres amiantés, donc ne présentent aucun risque énorme. Toutefois, vous devez y appliquer une résine ou un enduit étanche et les préserver des chocs par l’installation d’un nouveau matériau de recouvrement.

  • Le recouvrement

Il s’agit de la pose d’un revêtement étanche sur le matériau amianté.

  • Le nettoyage et le contrôle

Vos travaux s’achèvent par un nettoyage, puis un contrôle de tous les matériaux traités. Vous pouvez confier la réalisation de tous vos travaux de désamiantage à un professionnel qualifié et expérimenté. LES COMPAGNONS COUVREURS vous offrent un service de qualité et soigné. L’entreprise se trouve au 7 Zac De Nauraumont – Allée 8 88150 THAON-LES VOSGES.

%d blogueurs aiment cette page :