Menu Fermer

La parfaite extrusion aluminium

Le procédé de création des profilés pour extrusion aluminium a la possibilité d’être vérifié par le biais de mesures de température dénuée de contact. Le caractère du produit final peut atteindre la perfection, en s’assurant de garder continuellement la bonne température. De nos jours, l’extrusion peut être examinée, suite à la compression toutefois, comme une des méthodes capitales et cruciales pour formation de l’aluminium et ses composants.

Situations actuelles

D’un côté, les avancés effectués pendant ces 10 dernières années admettent que ce procédé est adapté à la création de produits filés de formes ou profils très diversifiés, voire même complexes. D’un autre côté, les composés d’aluminium capable de filage sont multiples et, à cause de la grande ramification de leurs aptitudes, on peut les juger comme bien adéquats aux nombreuses applications qui regroupent présentement les secteurs les plus composites, et dont les plus glorieux sont les transports (aérospatiaux, terrestres, maritimes), le BTP, la création mécanique…

Aubaine

Pendant l’extrusion, une structure en aluminium brut (boulon) est comprimée dans une matrice avec une gravure. Le marquage du spécimen fixe l’aspect externe de l’élément extrudé. Ainsi des tuyaux, des fils, des profilés creux et remplis ont la possibilité de subir une extrusion aluminium.

Précaution à prendre

Dans ce même laps de temps, il existe de nombreuses zones sensibles, par où il est essentiel de contrôler la température. A savoir, suite au chauffage préalable du boulon, au moment du marquage du profil et pendant l’immersion de la solution extrudée. De plus, avant une modification de patron, il est primordial de contrôler sa température.

Les solutions existants

Les méthodes de création d’aluminium exposé précédemment ont la capacité d’être vérifiées par le biais d’un pyromètre. Les conditions de traitement changent suivant les éléments pris en compte.

Pour les billettes

Pour ne rencontrer aucun problème d’estampage dans le matériel, la billette a pour obligation de subir un chauffage préalable entre 400 °C et 500 °C pour être assez souple. Dans ces situations, un climat de préchauffage élevé est exigé pour assurer la bonne marche du mécanisme et en parfaire le rythme.

L’extérieur de la billette se rouille autrement, à l’exception d’être un essai. Le pyromètre offre la possibilité de calculer la température des biellettes, sous réserve de diminuer au maximum les échos parasites.

Pour les profilés

A la parution du patron du profilé en aluminium comprimé, la température est fixée aux alentours de 500 °C. Au cours de l’évolution de compression, le boulon est aussi réchauffé par la température du changement. Généralement, les hautes températures permettent une réalisation hâtée de la démarche de création. Néanmoins, si le matériau a une trop haute température, il se dissout peu à peu et perd son aspect.

Des températures trop fraîches ont la capacité de détériorer ou de démolir le prototype. Avec la condition de température dénuée de contact à cet endroit sensible, le process de création a la possibilité d’être vérifié de façon globale et guidé de manière appropriée. Dans cette situation aussi, la fixation de la température de l’aluminium est seulement faisable avec le pyromètre adéquat. Vu que la texture de l’extérieur est proportionnellement constante à cette partie de la composition, un est employé.

La démarche est accomplie soit par la cime, à travers un orifice de la presse, immédiatement suite à la parution du prototype ou au-dedans de la presse sur l’extrusion aluminium.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :